Teddy Thomas, le temps vous a-t-il paru long ces dernières semaines à Marcoussis?

Oui, c’est sûr que si on avait gagné le temps aurait été moins long. On a malgré tout passé quatre bonnes semaines entre nous, même si c’est vrai que c’est dur à croire. On voulait finir cette tournée sur une meilleure note. Je suis sorti un petit peu abattu, comme les 22 autres mecs. C’est sûr que c’était une soirée compliquée samedi et ce match nul contre le Japon (23-23). Aujourd’hui, je suis heureux de retrouver mes copains de club qui restent sur de bons matchs. On doit basculer sur nos objectifs de club et ce goût de la victoire.

A lire aussi >> Galthié à la tête du XV de France? « Je dois relire mon contrat » à Toulon se marre l’intéressé

Depuis quelques jours, on évoque un décalage entre la nouvelle génération et les plus anciens. Qu’en pensez-vous?

Non, on est tous sur le même bateau. Le message passe bien entre les joueurs et avec le staff. Sur cette tournée, une grosse partie de l’effectif était jeune avec des prises de décision forcément plus timides. Ce groupe va vraiment grandir au fil du temps après cette prise de température. Si on fait confiance à cet effectif, les choses vont réussir à éclore naturellement. On doit jouer libéré et prendre des initiatives.

Cette nouvelle génération est donc bien intégrée et motivée au sein de ce groupe?

Oui, je pense que c’est juste une génération différente. On n’exprime pas les choses de la même manière que les années précédentes. Mais je peux vous assurer qu’on est tous extrêmement fiers et honorés de porter ce maillot de l’équipe de France. Même si on ne l’exprime pas à travers des interviews, des pleurs ou des choses comme ça. Mais pendant ces quatre semaines, je n’ai vu aucun mec qui s’en fichait d’être en équipe de France ou d’avoir la chance de porter ce maillot. Après c’est facile de dire qu’une personne ne mesure pas la chance qu’elle a d’être en équipe de France. Mais peut-être qu’elle l’exprime simplement différemment.

A lire aussi >> Picamoles pas satisfait de la prépa physique: « Je ne me sens pas bien »

Quel regard portez-vous sur le possiblement remaniement ou changement de staff?

Je pense que pour l’avenir du staff il n’y a aucun problème. Le message des coaches passe très bien. Ce n’est pas eux qui sont sur le terrain, c’est nous. On ne peut donc pas les incriminer. Ce qu’ils nous demandent de faire est facile, mais on a une grosse partie de l’effectif qui est jeune et c’est un processus qui va mettre du temps. Je peux comprendre que derrière les écrans ou même dans les tribunes, ce n’est pas plaisant de nous voir jouer. Même nous parfois on ne se fait pas plaisir. Je suis persuadé que ça nous sourira. Je ne vois pas d’autre solution, changer le staff ou pas, ça n’y changera rien. Comme je le disais, il y a beaucoup de jeunes et peut-être que nous n’avons pas l’expérience de ces mauvaises semaines et des défaites qui s’accumulent? Peut-être qu’on le gère un peu mal mais nous sommes tous capables de faire de bonnes choses. J’espère que les 31 chanceux pour le Tournoi des VI ?Nations le montreront.

A lire aussi >> XV de France: des candidats en embuscade

Vous retrouvez désormais une équipe du Racing qui brille depuis quelques semaines…

Oui, la victoire à Toulon (40-29) nous a fait énormément de bien. Le nouveau système de jeu a été difficile à assimiler pour le groupe au début mais désormais cela se retranscrit bien sur le terrain. On a ensuite réussi à mettre fanny cette équipe de Montpellier (26-0). Nous sommes extrêmement satisfaits. On n’a malheureusement pas eu la chance de vivre ça avec le groupe et on va basculer sur ce derby francilien. On doit continuer sur cette dynamique.

Comment abordez-vous ce derby quelques mois après la non-fusion entre les deux clubs?

C’est oublié. Sinon on va en parler pendant des années. L’objectif est bien sûr de gagner. Si on peut prendre une longueur d’avance sur eux, avoir la chance de prendre des points chez eux, ça serait quelque chose de bien. C’est vrai qu’ils ont été affaiblis par des départs mais cette équipe développe tout de même pas mal de jeu. Ils ont changé pas mal de joueurs dans l’effectif mais ils ont malgré tout un noyau assez dur. Ce n’est pas une équipe à prendre à la légère. C’est vraiment une équipe très compétitive et qui ramène beaucoup de jeu.

Qui sont vos potes au Stade Français?

Je connais plusieurs joueurs. Jules (Plisson), Fatou (il se reprend) enfin Jonathan Danty. Mais aussi maintenant Sekou (Macalou), Paul (Gabrillagues) et un peu Marvin (O’Connor). C’est toujours particulier d’affronter des personnes que tu connais et tu côtoies. Mais ce qui se passe sur le terrain reste sur le terrain. On aura le temps ensuite de boire un coup pour fêter la victoire du Racing. (Sourire)

On sent que vous avez vraiment envie de jouer ce match…

Oui, ça reste un derby. C’est toujours plaisant de jouer ces matchs-là, notamment face à des amis. Je me sens bien et j’ai déjà perdu une année! Je ne suis pas à même dire que j’ai besoin de repos. Je me suis préparé pour enchaîner les matchs. J’ai eu la chance d’évacuer toutes mes blessures. Maintenant, je suis prêt et disponible. Il faut que j’en profite et je veux jouer à 100% les matchs que l’on me donne.

A lire aussi >> Racing 92: Tameifuna et Rokocoko prolongent

VIDEO: Philippe Saint-André nous explique pourquoi Guy Novès doit rester sélectionneur du XV de France

http://rmcsport.bfmtv.com/rugby/xv-de-france-changer-le-staff-ou-pas-ca-n-y-changera-rien-assure-thomas-1316565.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password