C’était la période dorée du XV de France. Et eux quatre étaient aux commandes d’une équipe qui brillait alors chaque année au début des années 2000. Bernard Laporte en était le sélectionneur, entouré de Jacques Brunel et Bernard Viviès, respectivement en charge des avants et des arrières, avec Jo Maso comme manager. Et bientôt, ils vont à nouveau travailler ensemble. Car, à 63 ans, Jacques Brunel va endosser le costume d’homme fort du XV de France nommé par Laporte, désormais président de la Fédération Française de Rugby alors que Viviès occupe le poste de délégué du comité directeur de la FFR auprès des Bleus. Aucun d’entre eux n’a évidemment oublié ces six années passées ensemble. 

>> XV de France: Jacques Brunel va devenir le nouvel homme fort des Bleus

« Cela se passait très, très bien, raconte Viviès à RMC Sport. Le quatrième larron était Jo Maso. Jacques est un bosseur et avec Bernard ils étaient complices, très complémentaires. Jacques avait déjà une très belle expérience à l’époque. Il a commencé à entraîner à la fin des années 1980 à Auch ndlr: en 1988). Avec Bernard, il avait été à l’origine de ce jeu révolutionnaire du XV de France qui avait été mis en place lorsque l’on fait le Grand Chelem 2002 (système des blocs). » Une réussite exceptionnelle qui contraste évidemment avec les contre-performances à répétition des Bleus depuis plusieurs années. 

« C’est vrai que Laporte n’a pas gagné de Coupe du monde, reprend Viviès. En 2003, on joue très, très bien. On met 50 points à tout le monde en poule puis 40 aux Irlandais en quart de finale. Mais on perd sous la flotte contre les Anglais. Mais durant ces années, le XV de France a brillé. Avec Jacques, on six Tournois. Et sur 30 matchs, il y a 25 victoires, quatre Tournois gagnés dont deux Grands Chelems (2002 et 2004). Nous avions aussi des joueurs de très grande qualité. » A écouter ses proches, Brunel a les armes pour relever ce challenge. Surtout, il connaît les exigences du poste de sélectionneur pour avoir dirigé l’Italie de 2011 à 2016 et entretient des relations de confiance avec le président de la FFR.

Viviès: « Jacques parait un peu taiseux mais il aime déconner »

« Avec Bernard, ils se connaissent parfaitement, souligne Maso qui part régulièrement en vacances avec Brunel. Jacques connaît bien le rugby international grâce à ses quatre années passées en Italie. Cela l’a bien formé en plus des sept ans qu’il a passés avec nous. Jacques, c’est un bosseur. Il a une très bonne approche avec les joueurs. » Son parcours de coach, entamé après une carrière de joueur à Auch, Grenoble, Carcassonne, plaide en tout cas en sa faveur. « Il a fait grandir le club de Auch. En 1995, il part à Colomiers lorsque Jean-Claude Skrela part entraîner l’équipe de France. Il le remplace avec tout le bonheur que l’on sait (ndlr: avec notamment une finale de Coupe d’Europe). A Pau, il connaît un petit échec mais lors de la première année, il perd en demi-finale contre Colomiers d’ailleurs. Après, il prend l’équipe de France et ça se passe bien. Puis à Perpignan, il est champion de France (2009) et perd la finale la saison suivante avant d’aller en Italie et à Bordeaux-Bègles. C’est pas mal quand même! »

Dans la vie, le moustachu gersois est également un personnage apprécié et respecté. « Il parait un peu taiseux mais il aime déconner, selon Vivies. Il est Gascon (rires)! Cela veut tout dire. » « Au départ il est réservé quand il ne connaît pas les gens, mais il aime plaisanter et rigoler, selon Maso. Dès qu’on lui parle de rugby, de boxe ou de vin, tu ne l’arrêtes plus! » Sur le terrain, son discours pourra-t-il relancer les Bleus? Redonner confiance à un groupe meurtri? Et être écouté par les plus jeunes? « Il le vit quand même au quotidien, selon Viviès. A Bordeaux, il a beaucoup d’internationaux. Dans le groupe de l’équipe de France, il connaît bien certains joueurs pour les avoir entraînés, et en particulier Guilhem (Guirado) à Perpignan. » Brunel n’a de toute façon pas de temps à perdre. Dans trois semaines, quasiment le jour de son 64e anniversaire (le 14 janvier), il annoncera son premier groupe pour le Tournoi des VI Nations, avant retrouver tous ses joueurs le 21 janvier à Marcoussis qu’il connaît si bien…

VIDEO – Michalak: « Hier encore, je ne savais pas si j’allais prendre ma retraite … »

http://rmcsport.bfmtv.com/rugby/xv-de-france-brunel-laporte-une-relation-qui-dure-1332996.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password