Alisson Becker (AS Roma)

Ces quarts de finale ont accouché d’un festival de buts pas très valorisant pour les gardiens. Impressionnant au match aller, Keylor Navas a perdu sa place dans cette équipe-type lors du retour. Le portier le plus régulier a peut-être été Alisson Becker. S’il a encaissé quatre buts à l’aller contre Barcelone (4-1), il a répondu présent au retour et grandement contribué à l’exploit de l’AS Roma.

Trent Alexander-Arnold (Liverpool)

19 ans et déjà tout d’un grand. Si Liverpool a réussi à contenir l’attaque de feu de Manchester City, il le doit en partie à son jeune arrière droit, qui mis Leroy Sané dans sa poche lors des deux matchs.

Dejan Lovren (Liverpool)

Régulièrement moqué pour ses erreurs parfois grossières, Dejan Lovren s’est métamorphosé depuis que Virgil van Dijk joue à ses côtés. Calme et impérial dans les duels, l’ancien Lyonnais a impressionné face à City.

Kostas Manolas (AS Roma)

Son coup de casque rester dans l’histoire de l’AS Roma. Très solide derrière pour museler Luis Suarez, le défenseur central grec a en plus inscrit le but d’une qualification incroyable.

Marcelo (Real Madrid)

Deux visages pour Marcelo lors de ces quarts de finale. Etincelant et buteur à Turin, il a été très fébrile, à l’image de son équipe, au retour à Madrid. Mais sa performance fabuleuse de l’aller (et la qualification du Real) prend le dessus.

Isco (Real Madrid)

Autre Madrilène exceptionnel à Turin, Isco avait livré un récital, en donnant notamment une passe décisive à Cristiano Ronaldo sur le premier but. Le milieu espagnol a eu plus du mal à exister à Bernabéu, mais il n’a pas été le joueur le moins bon de son équipe.

James Milner (Liverpool)

Il n’est pas le plus sexy des milieux de terrain, mais il est loin d’être le moins efficace. A l’aller comme au retour, l’Anglais s’est donné aux quatre coins du terrain et a permis aux Reds de rivaliser avec City dans l’entrejeu. En plus, il a égalé Neymar et Rooney comme meilleur passeur sur une saison de Ligue des champions (8).

Franck Ribéry (Bayern Munich)

L’opposition entre le Bayern Munich et le FC Séville n’a pas été la plus suivie de ces quarts de finale, mais elle a permis de voir du très bon Franck Ribéry. Les Bavarois peuvent remercier leur ailier français, décisif sur les deux buts lors de la victoire en Andalousie (2-1).

Mohamed Salah (Liverpool)

Il était attendu dans les très grands matchs, il a répondu présent. A l’aller, Mohamed Salah a fait plier City avec un but et une passe décisive. Au retour, alors qu’il était incertain, il a enlevé une sacrée épine du pied des Reds en égalisant. Monstreux.

Edin Dzeko (AS Roma)

Le but de l’espoir à l’aller, c’est lui. Celui qui lance son équipe sur la voie de la « Romantada » au retour, c’est lui. Celui qui provoque le penalty du 2-0, c’est lui. Le géant bosnien a été le grand bonhomme de l’exploit de la Roma face au Barça. Samuel Umtiti dot encore en faire des cauchemars.

Cristiano Ronaldo (Real Madrid)

Pas la peine de s’éterniser à égrener les chiffres et les records que le Portugais bat en Ligue des champions. Encore une fois, il a prouvé qu’il était- le meilleur dans cette compétition, lorsque les matchs à enjeux arrivent. A Turin, où il a inscrit un doublé, son retourné acrobatique restera dans les annales. Et il n’a pas tremblé lorsqu’il a fallu transformer le penalty de la qualification au bout des arrêts de jeu au retour.

A lire aussi >> Ligue des champions: le Real Madrid est-il vraiment favorisé par l’arbitrage?

L'équipe-type des quarts de finale


http://rmcsport.bfmtv.com/football/ligue-des-champions-l-equipe-type-des-quarts-de-finale-1417508.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password