Alexandre Flanquart, la semaine a été studieuse au Stade Français après les deux défaites en Challenge européen et avant ce déplacement à Clermont. Comment l’avez-vous vécue?

Je pense que nous en avions besoin après les deux matchs très compliqués et même honteux en Challenge européen. On ne pouvait pas faire autrement que ces séances un peu douloureuses qui ne font pas de mal. De toute façon, nous les joueurs, on ne s’attendait pas autre chose.

A lire aussi >> Stade Français: Hamdaoui et Arrate en visite

Avez-vous des explications sachant que le Stade Français est tenant du titre? Est-ce un manque de motivation?

Oui, il y a certainement quelque chose comme ça. Nous avons connu des hauts et des bas en début de saison. C’était assez prenant mentalement. On s’est dit qu’on pouvait se relâcher un peu sur ces deux semaines et malheureusement ça ne pardonne pas.

Vous attendiez-vous à de telles contre-performances en Sibérie et la semaine dernière contre les London Irish?

Clairement, on ne s’attendait ni à l’une ni à l’autre. On était là pour gagner les deux matchs. Après ce match compliqué en Sibérie (contre Krasny Yar), on avait à cœur de se reprendre et de montre un autre visage contre les London Irish. Malheureusement, on n’a pas réussi et on prend vraiment une grosse fessée à domicile (7-44). Je ne sais pas si c’était déjà arrivé à Jean-Bouin… C’était très dur pour tout le monde de relever la tête en début de semaine mais on a réussi à passer à autre chose et ce match à Clermont. Je sais que nous n’aurons pas le même visage, je l’ai d’ailleurs dit à l’entrainement ce matin (jeudi). On est un peu des enfoirés et je sais que nous n’aurons pas le même visage. On sera bien à 200% ce week-end.

A lire aussi >> Challenge Cup: « On a été ridicule », lâche l’entraîneur du Stade Français, battu par Krasny Yar

Vous dites « des enfoirés » car vous savez que vous allez présenter un visage plus revanchard samedi…

Oui, et encore je l’ai dit poliment ! (Sourire) Je ne l’ai pas dit comme ça ce matin à l’entrainement… On est une équipe comme ça. On a besoin d’être titillé. Notre groupe est très soudé mais il y a besoin d’avoir parfois une piqûre de rappel pour préparer ces matchs. On sait à quel point ce sera dur à Clermont, mais le groupe sera prêt.

Ressentez-vous un sentiment de culpabilité?

Oui, vis-à-vis du club, de nos supporters, de nos partenaires. Ce n’est pas notre niveau et ce n’est pas notre visage. Nous avons tous eu honte ce de match contre les London Irish mais nous sommes passés à autre chose. Evidemment que le staff a gueulé en début de semaine et chacun en a pris pour son grade, mais cela n’a pas été bête et méchant. C’était constructif. On a de quoi rivaliser avec tout le monde mais on doit être plus constant et à 200% à chaque match.

A titre individuel, comment vous sentez-vous?

Bien. Cela fait du bien d’avoir retrouvé les terrains pour huit semaines presque consécutives. Cela fait deux ans que ça ne m’était pas arrivé. Je me sens proche de mon meilleur niveau. C’est revenu crescendo même si je sais que j’ai encore du boulot.

A lire aussi >> Top 14: Zebo vers le Racing

Malgré tout, vous n’avez pas été sélectionné par le staff des Bleus pour la tournée de novembre. Comment le vivez-vous?

Cela reste une déception. Quand j’ai repris la saison, avant d’être dans la liste groupe France, ce n’était pas un objectif prioritaire. Je voulais d’abord revenir en club et sur la durée après un an et demi, voire deux ans, de galère. Mais à partir du moment où on te met dans la liste des 45 (joueurs internationaux protégés sur la liste groupe France), tu y crois un peu plus. Finalement, quand tu n’y es pas, il y a forcément une déception. Mais je sais que je dois encore bosser. Probablement que je ne suis pas encore prêt pour le niveau international.

En avez-vous discuté avec le staff du XV de France?

Non. Je n’ai pas eu l’occasion d’en discuter.

Vous aurez malgré tout l’occasion de jouer un match international avec les Barbarians contre les All Blacks Maoris le 10 novembre. Vous allez prendre un coup de vieux au sein de ce groupe très jeune…

(Sourire) Oui, il y aura pas mal de jeunes. Mais ce sera aussi une belle opportunité de me montrer à ce niveau international. C’est une chance.

Les Barbarians sont désormais la deuxième équipe nationale…

Oui, il y aura un peu moins d’apéros! (Rires)

A lire aussi >> XV de France: pour Dusautoir, « Laporte a raison » d’être si ambitieux

VIDEO – Novès:  » Certains postes sont pollués « 

http://rmcsport.bfmtv.com/rugby/stade-francais-on-est-des-enfoires-lache-flanquart-1287190.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password