Un record totalement fou

Qui l’eût cru? Un an après la folle cavalcade de Thomas Coville (Sodebo Ultim), François Gabart a fait encore plus fort. En décembre 2016, le marin breton avait amélioré de plus de huit jours la précédente marque de Francis Joyon (49 jours contre 57) et beaucoup pensaient alors que cette nouvelle référence en solitaire tiendrait, peut-être pas des décennies, mais quelques années tout de même. Mais voilà que le petit prince des mers s’est tout de même mis en tête de s’y attaquer.

Moins d’un an plus tard, François Gabart a réussi un exploit plus grand encore que celui de Coville en mettant une nouvelle claque monumentale au chrono en solitaire autour du globe. 42 jours, 16 heures, 40 minutes et 35 secondes, soit près d’une semaine de mieux (6 jours, 10 heures) ! En deux ans, le temps de Joyon (qui datait de 2008) a donc été raboté de quatorze jours. Et Gabart échoue à moins de deux jours du record absolu de Francis Joyon à bord d’IDEC en 40 jours, 23 heures et 30 minutes… établi en équipage !

A voir aussi >> Tour du monde en solitaire – Gabart: « Il y a un paquet de pièges »

Parti le 4 novembre d’Ouessant, au large de Brest, Gabart a construit son record jour après jour. Patiemment. Régulièrement. Après une petite semaine de mise en route, il est passé avec trois heures de retard sur la marque de Coville à l’équateur (5j20h45’ contre 5j17h11’). Ce sera la seule fois de cette circumnavigation qu’il sera derrière Coville sur un tronçon intermédiaire. Car ensuite, Gabart, bien aidé par des conditions météo favorables, un élément indispensable (mais incontrôlable) pour réussir pareil exploit, a constamment été devant.

A Bonne-Espérance? 2 jours et 6 heures d’avance en 11j22h20’. Au Cap Leeuwin? 1 jour et demi d’avance, en 19j14h10’. Au Cap Horn? 2 jours et 8 heures d’avance, en 29j03h15’. Et c’est dans la remontée de l’Atlantique que le marin de Saint-Michel d’Entraygues a porté le coup fatal en passant pour la deuxième fois l’équateur avec 5 jours et 13 heures d’avance, en 36j01h30’. Au final, après plus de 27 000 milles parcourues (environ 43 400km), le skipper français a bouclé son tour du monde à une vitesse moyenne hallucinante de 27 nœuds, soit 50 km/h ! Au passage, il a également battu le record de la distance parcouru en 24 heures avec 851 milles avalés le 14 novembre à la vitesse moyenne hallucinante de 35,46 nœuds (65,6 km/h) !

Un marin au palmarès totalement fou

Avec ce record en solo autour du monde, François Gabart agrémente un peu plus un palmarès énorme entamé avec un titre de champion de France d’Optimist en 1997, à l’âge de 14 ans. Vainqueur du Tour de France à la voile (étudiant) en 2005 et 2007, le skipper du maxi-trimaran Macif a ensuite écumé le circuit Figaro.

Et s’il n’a jamais gagné la Solitaire (2e en 2010 derrière Armel Le Cleac’h), il a tout de même été sacré champion de France de course au large en solitaire en 2010. Il était alors temps de s’aventurer avec son sponsor Macif sur le circuit IMOCA, celui des monocoques 60 pieds qui disputent le Vendée Globe, le tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

Lors de l’édition 2012-2013 du « Vendée », Gabart signe un coup d’essai et un coup de maître en s’imposant en 78 jours avec trois heures d’avance sur… Armel Le Cleac’h. L’année suivante, le jeune marin français, alors couvé par Michel Desjoyeaux au sein de l’écurie Mer Agitée, accroche une autre épreuve mythique en gagnant la Route du Rhum (nouveau record en sus).

Il tourne ensuite une nouvelle page en se lançant dans le multicoque sur les conseils de… Thomas Coville. Macif continue alors de le soutenir pour la construction d’un maxi-trimaran de 32m de long, 23 de large et 13 tonnes. Equipé de foils, il est mis à l’eau en août 2015. Depuis, les victoires de succèdent: Transat Jacques-Vabre 2015, Transat anglaise 2016 et The Bridge 2017. Le petit Mozart des mers est en train de devenir un ogre.

Un bateau totalement fou

Evidemment, cette pluie de records, et plus particulièrement celui du tour du monde, François Gabart la doit aussi en grande partie à son bateau. Dernier-né des maxi-trimaran (100 pieds), Macif a été spécialement conçu pour des navigations en solitaire, avec un cockpit fermé, une première dans la course au large.

Ingénieur de formation, François Gabart a activement participé à l’élaboration de son avion des mers, conçu par le cabinet VPLP (Van Peteghem Lauriot-Prévost) et construit en 18 mois. Avec ses foils, qui lui permettent à certaines allures de « voler » au-dessus de l’eau, Macif est surtout plus léger que ses devanciers (13 tonnes contre 15 en moyenne). Un avantage déterminant.

« Plus les bateaux sont légers, plus les foils sont efficaces plus tôt, a expliqué à l’AFP l’architecte naval Vincent Lauriot-Prévost. On a fait un bateau moins large que ceux de la classe Ultim, on a réduit la taille du mât, des voiles, donc on gagne du poids. On a choisi d’aller dans ce sens et on a bien réussi notre coup. »

A voir aussi >> VIDEO – Gabart présente l’intérieur de son trimaran

Et maintenant, quoi de plus fou ?

D’ores et déjà vainqueur de quelques-unes des plus grandes courses du monde, François Gabart est désormais détenteur du plus beau des records en solitaire. Impossible de dire combien de temps il tiendra (Le Cleac’h, notamment, compte bien à son tour s’y attaquer très vite à la barre de son nouveau maxi-trimaran Banque Populaire), mais Gabart restera à jamais comme celui qui a quasiment réussi seul ce que Francis Joyon a accompli en équipage dans le cadre du Trophée Jules Verne (40 jours, 23 heures, 30 minutes). Justement, le Jules-Verne, prochain défi de François Gabart?

Avant cela, il participera en 2019 à la première édition du tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance organisé à bord de multicoques mis en place par le Collectif Ultim (une sorte de Vendée Globe des multicoques). Et puis, viendra le jour où le Charentais s’attaquera probablement de nouveau à la Solitaire du Figaro, seul monument de la course à la voile qui résiste encore au Roi Midas… pardon Gabart.

http://rmcsport.bfmtv.com/voile/record-du-tour-du-monde-a-la-voile-gabart-c-est-toujours-plus-fou-1329169.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password