Vous attendiez-vous à réussir un aussi beau début de saison (six victoires en sept matchs de Top 14)?

Non, on ne s’attendait pas à ce point. C’est vrai que c’est plutôt encourageant pour la suite. Le premier match au Stade Français nous a mis dans une bonne dynamique (victoire 25-16, ndlr). On a fait un bon début de préparation. On voulait « performer » dès le début, mais on verra à la fin.

>> Top 14: le LOU, c’est du costaud

Comment expliquez-vous de tels résultats?

Ce qui marche aujourd’hui, ce sont les mêmes critères que la saison dernière. On se retrouvait bien sur notre plan de jeu en fin d’année déjà. On s’appuie sur une conquête assez forte, et on a eu des renforts de poids devant et derrière. A la fois de la puissance et pas mal d’animation sur la ligne arrière, avec des joueurs qui adhèrent à 200% à notre philosophie de jeu. L’ambiance est bonne au sein du groupe, donc tout est réuni pour que ça réussisse.

L’amalgame entre les jeunes et les plus expérimentés fonctionne bien?

C’est une osmose entre jeunes et anciens. Les jeunes amènent beaucoup de fraîcheur au sein du groupe, ils ont envie de mordre à pleines dents dans le haut niveau, et nous on est là aussi pour recadrer tout ça, pour faire en sorte que la dynamique tienne toute la saison et qu’on se remette en question chaque semaine. C’est un club qui bosse, on sait qu’on est au début d’une belle aventure. On est en train de construire un club dans son ensemble. Ça va se faire sur le long terme, on ne pensait pas réussir si vite, et le plus dur ça va être d’y rester.

>> Top 14: Brive débloque son compteur, le LOU leader

Votre contrat s’achève à la fin de la saison. Comment voyez-vous la suite?

Je me suis laissé jusqu’en décembre pour réfléchir. On va réfléchir en famille. Il faut prendre le temps. C’est tellement compliqué, on a l’impression de pouvoir jouer le plus longtemps possible, mais c’est de plus en plus dur physiquement. J’ai la fraîcheur d’un gamin de 20 ans, je suis toujours aussi heureux de faire ce métier, j’y prends du plaisir, mais c’est plus un problème physique lié à la performance, au sport de très haut niveau. Les joueurs sont de plus en plus physiques, ça tape de plus en plus fort. Je me pose certaines questions.

Michalak, une prolongation en suspens

« On n’a pas discuté formellement, a déclaré Yann Roubert à RMC Sport au sujet de l’avenir de Frédéric Michalak. On se croise régulièrement. L’année dernière, les discussions nous avait pris une minute pour se dire que nous étions contents, lui comme moi. C’était allé très vite et très simplement. Là on s’était dit qu’a priori ça serait sa dernière saison. Mais évidemment, on va le laisser aller à son rythme. L’idée première il y a deux ans et en février dernier était a priori que ça s’arrête en fin de saison. Mais il ne faut jamais dire jamais! (Rires) On verra bien. On commence également à regarder les options qui s’offrent à nous mais rien n’est fait. Ce ne sont que des contacts. »

Vidéo – Mignoni : « On ne se cache pas, mais on avance à petits pas »

http://rmcsport.bfmtv.com/rugby/michalak-j-ai-la-fraicheur-d-un-gamin-de-20-ans-mais-1273477.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password