Tout autre résultat qu’une victoire face à Dijon semblait lui promettre une mise à l’écart. Ce samedi soir, Philippe Hinschberger demeure cependant l’entraîneur du FC Metz. Jusqu’à quand? Aucune décision ne sera prise dans la soirée, le président lorrain Bernard Serin annonçant en conférence de presse qu’il allait rencontrer son entraîneur dimanche à 14h30 « pour faire le point ».

Un point présidentiel qui devrait être fatal à Hinschberger. Le FC Metz est en effet bon dernier de L1 après dix matchs avec 3 points, une seule victoire et neuf défaites. Fin septembre, la situation étant déjà alarmante, Bernard Serin avait fixé un ultimatum de deux matchs à son coach avec obligation de redresser la barre rapidement. La semaine dernière, le club lorrain s’est incliné à Saint-Etienne (3-1) et ce samedi, donc, nouveau revers à domicile contre Dijon. Les calculs sont vite faits.

« J’attendais évidemment un tout autre résultat »

Fataliste et forcément contrarié par la tournure des événements lors de cette 10e journée, Hinschberger est apparu quelque peu résigné au moment de commenter ce nouveau revers: « Je suis déçu, a-t-il indiqué à nos confrères de beIN Sports. Ce n’est pas forcément un match qu’on doit perdre. Un de plus. Il faut bien reconnaître aussi qu’on a du mal à marquer, même si Nolan Roux de la tête peut faire le doublé en première mi-temps. Après… On a tout le temps des faits de jeu qui nous sont défavorables, là c’est l’expulsion de Diagne. C’est déjà dur à 11 contre 11, c’est quasiment impossible à 10 contre 11. J’attendais évidemment un tout autre résultat même s’il n’y a pas grand-chose à dire sur la mentalité des joueurs, leur désir de bien faire et leur volonté. Ils bataillent. »

Interrogé sur son état d’esprit au moment du temps additionnel alors que son limogeage semble inévitable, l’entraîneur lorrain a avoué à demi-mot qu’il avait la sensation de vivre ses derniers instants sur le banc du FCM: « Je ne pense à rien, je suis là, heureux d’avoir été sur le terrain au milieu de mes joueurs et de mon staff. Voilà, c’est la vie des entraîneurs. Il faut bien avouer qu’on ne gagne pas un match donc c’est très, très compliqué. »

« Ce n’est même plus une difficulté, c’est dangereux pour le club »

Relancé pour évoquer sa situation et son éventuel départ, celui qui avait fait son retour à Metz en décembre 2015 a préféré donner rendez-vous à demain tout en admettant que la situation du club devenait dangereuse: « Ce n’est pas l’objet (ndlr: son départ). L’objet, c’était le match. Ce qui se passera ce soir ou demain… Demain sera un autre jour. Des entraîneurs en difficulté, il y en a plein. On a perdu 9 matchs sur 10, ce n’est même plus une difficulté, c’est dangereux pour le club. Aujourd’hui, mon état d’esprit il est tourné vers pourquoi on n’a pas gagné ce match et pourquoi on chute pour la cinquième fois sur notre terrain. Tout ça, ce sont des stats qui font mal, il faut bien le reconnaître. »

http://rmcsport.bfmtv.com/football/metz-il-faut-bien-avouer-qu-on-ne-gagne-pas-un-match-lache-hinschberger-resigne-1283396.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password