C’était chez lui. Sur le parquet, dans les tribunes, Fred Forte a fait vivre et a vécu énormément d’émotions dans cette salle de Beaublanc qu’il aimait tant, qui portera sans doute bientôt son nom, qui l’a chanté et qui le chantera encore. Pour une fois, une triste fois, le temple du Limoges CSP, de son peuple vert, était bien silencieux ce samedi. Un cercueil en son centre, avec le numéro 4 posé dessus. Des photos pour l’encadrer, du joueur, du papa et du président. De la musique, notamment italienne. Un mot, « Merci », autour du terrain. Des images sur l’écran géant. Un grand portrait sous les nombreuses bannières des titres. Et un flot de supporters, de personnalités du basket et du sport français, pour lui dire adieu, de 11h à 19h.

Fred Forte, qui s’est éteint le dernier jour de l’année 2017 à seulement 47 ans, a reçu un hommage simple, digne et respectueux, sans discours, avant d’être inhumé mardi à Caen, dans sa Normandie d’origine, dans l’intimité. Ce jour-là, son CSP, dont il a été le héros un soir d’avril 1993 à Athènes puis le sauveur en 2004 un été de banqueroute, recevra Kazan en Eurocup. Les Limougeauds l’accompagneront alors par des tifos et des chants, sans doute.

Des applaudissements, il n’y en a eu qu’en début d’après-midi ce samedi, au moment où le capitaine Brian Conklin et des représentants des groupes de supporters ont déposé des fleurs au pied du cercueil de Fred Forte. Autour, les joueurs actuels, les anciens, marqués, certains émus aux larmes… Laura Flessel, ministre des Sports, s’est également recueillie, avant d’écrire un mot dans l’un des registres de condoléances dans le hall de Beaublanc. Xavier Popelier, président historique du CSP, pendant plus de 30 ans, Richard Dacoury, bien sûr, et tant d’autres compères de FF se sont mêlés aux anonymes. L’accolade des grands anciens autour de Claude Bolotny a été poignante.

A voir aussi >> Décès de Fred Forte: de nombreux hommages au président du Limoges CSP

« Le basket à Limoges, c’est une religion, et Fred Forte en était un peu le chef »

« Tous ces hommages sont à la hauteur du bonhomme, du personnage qu’il était devenu, confie le Dac, dont le n°7 retiré et accroché dans Beaublanc sera peut-être rejoint par le n°4 de Fred Forte pour former un sacré trio avec le n°8 d’Ed Murphy. Il était vraiment emblématique de la région, du sport français en tant que dirigeant. Il avait vraiment pris une stature presque unique dans le basket et très rare dans le sport français. C’est la raison pour laquelle les gens, les politiques, les institutionnels, se déplacent. C’était quelqu’un qui comptait. C’était mon pote. »

« Le basket à Limoges, c’est une religion. Et Fred Forte était un peu le chef de cette religion, compare Fred Weis. On a perdu un guide. C’est très compliqué. » L’histoire du Limoges CSP continuera. Sans Fred Forte. Mais avec lui pour toujours.

>> Le podcast de l’émission spéciale sur RMC en hommage à Fred Forte

Recueillement pour Fred Forte à Beaublanc, devant son cercueil


http://rmcsport.bfmtv.com/basket/limoges-dit-adieu-a-fred-forte-avec-une-grande-emotion-1343312.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password