Le classement final

Gilbert, seul sur Mars

Il a traversé la Ligue en sifflotant. Tranquille promenade, fleur au fusil, cueillant çà et là les manitas automnales. Gilbert Brisbois, bulldozer, enchanté. Son entreprise de démolition a été aussi méthodique que brutale. Attaque de feu, milieu en or, défense de platine. Quatorze victoires en 18 matches, en tête de la première à la dernière journée, avec une différence de buts que l’on taira par égards à ses adversaires. Juste beau.

Signe particulier : S’offre le badge sulfateuse (65 buts ou plus marqués dans une Ligue de 10). Du très lourd.

>> J2: « Gilbert Brisbois, il est là! » Le debrief de la Ligue MPG de l’After

McHardy, première dauphine

Il a longtemps regardé vers le haut, mais a fini les yeux rivés sur son rétro, préservant au final une deuxième place méritée et d’autant plus belle qu’il a joué sans attaquant toute la saison. Delort, Bammou, De Préville: un 100% flop devant, compensé par des milieux bien notés et une défense à cinq intraitable. 20 buts MPG au final lui valident son statut de gratin dauphinois. Particulièrement assidu tout au long du championnat, il n’a pas fait son équipe contre Gilbert à l’aller (ce qui n’a bien sûr pas payé).

Signe particulier : S’est hissé la 975e place de la redoutable Jungle, personne n’a fait mieux dans la Ligue.

Pierre Dorian, c’est le plus intelligent

Rendons hommage à ce féru de course hippique. Son effectif était celui d’une vieille carne mal fagotée, et on n’aurait pas misé un kopek de le voir intégrer le tiercé. Mais il coupe bel et bien la ligne du bout du nez en troisième position, sauvé par des buts de Ntep (malin) et Koundé (hein ?) lors de l’ultime journée. Avec Jérôme Roussillon en deuxième meilleur buteur, notre Pierrot a fait sa route, porté par son armée de talents cachés (cinq joueurs sur dix au petro-green dollar). Aïe Pépito !

Signe particulier : a récupéré les quatre badges « joker en or » et le rarissime badge « pépite » grâce à Terrier, 5 buts marqués pour 2 millions investis (0,4 au petro-green dollar, c’est du jamais vu).

Deuxième signe particulier : mais qu’est-ce qu’il fout sur le podium ?

>> Ligue MPG de l’After (J4) : ivre, il laisse Thomas Meunier sur le banc

Momo glisse du podium

17e et avant-dernière journée. La MomoTeam a besoin d’une victoire pour assurer définitivement la troisième place. Mais pour la deuxième fois de la saison, il ne fait pas son équipe et Konaté, auteur d’un doublé, ne rentre pas, avec deux points perdus à la clé. Sa défaite lors de l’ultime journée, à la régulière cette fois, le fait sortir définitivement du podium. Le karma, après avoir acheté une valise au marché noir face à Gilbert ?

Signe particulier : a passé une manita à Gilbert

Rothen, énigme de la science

Le duo Fekir-Cavani lui promettait la première place. Ou la deuxième. Au pire la troisième. Allez, disons la quatrième en cas de cataclysme. Et ne voilà pas que notre Rothen se paye finalement la cinquième, un petit point devant Jérôme Thomas et son duo Mubele-Gourcuff. Ses deux buteurs ont pourtant fait le job : 23 buts réels à eux deux, soit plus que… cinq des équipes du plateau. Et Jérôme n’a pas encaissé plus de buts réels que de raison. Equation insoluble donc pour expliquer la déroute. A noter qu’il s’est remis à gagner en arrêtant de faire son équipe. Bon sélectionneur, coach en mousse.

Signe particulier : seul joueur à ne pas avoir perdu contre Gilbert… mais il finit 18 points derrière lui.

>> Ligue MPG de l’After (J7): mais c’est quoi cette journée de fou?

Jean-Louis Tourre, Mitrogloups

Il a acheté Mitroglou 91 millions, et l’a revendu pour 9. Une affaire. Reconnu dans toute l’Europe pour ses moins-values exceptionnelles, le plus expérimenté de la bande a coincé face à ses imprévisibles adversaires. Il réussit quand même à se hisser à la sixième place grâce à un sprint final bien mené. Un moindre mal.

Signe particulier : a perdu contre Riolo et Vilas (il n’y a pas de badge pour ça, les concepteurs de MPG ne pensaient pas que c’était possible).

Jérôme Thomas, trop rennais pour gagner

L’escroquerie a duré longtemps. Pire équipe du plateau (ce qui n’est pas rien vu la tronche du plateau), Galette Saucisse a oscillé entre le bas du podium et le haut du ventre mou pendant une durée beaucoup trop longue pour être vraie. 15 buts réels marqués en 18 journées, c’est historique. Il est parti à la guerre avec un couteau à beurre, et a remporté sept batailles. Meilleur buteur : Said, 3 buts. Mais vu que son effectif ressemble à s’y méprendre au panel de joueurs restants après quatre tours de mercato, finir à trois points du podium n’est ni plus ni moins qu’un exploit. 

Signe particulier : A tout misé sur Jovetic.

>> Ligue MGP de l’After (J9): ça y est, on tient le match le plus absurde de la saison

Daniel Riolo, la menace fantôme

S’il ne doit rester qu’une question de cette saison MPG de l’After, c’est bien celle-là : Pourquoi Daniel a-t-il fait son équipe… trois fois? J1, J8, J13. La première passe encore, les deux autres resteront un éternel mystère. « Tiens, si je faisais mon équipe ? », a-t-il lâché entre deux cuillerées de Chocapic ? Pas une défaite sur ces trois rencontres. Son duel avec Nico Vilas restera l’un des combats les plus palpitants de l’histoire des avant-dernières places, tous sports confondus. Au final, Daniel vient mourir à 27 points de Gilbert. Un souffle.

Signe particulier : a gagné des matches.

Vilas, c’est l’histoire d’un mec…

C’est l’histoire d’un mec qui a eu Neymar pour une bouchée de pain au mercato. Du coup il a paniqué. Pas de victoire dans les douze premiers matches avant de gagner 6-2, sans Neymar. Mélange de poisse (34 buts réels encaissés, soit 16 de plus que Momo) et de… comment dire ça poliment… d’erreur d’appréciation, Vilas a visiblement mal axée sa préparation physique. Quatre victoires entre la 13e et la 17e journée et c’est tout. Suffisant pour décrocher une neuvième place, avec la deuxième meilleure note moyenne de la Ligue. Fail.

Signe particulier : finit derrière Daniel qui n’a fait son équipe que trois fois en la faisant… 18 fois.

>> Ligue MPG de l’After (J12) : Nicolas Vilas écrit l’histoire

Ducrocq, recherche gardien désespérément

A la question : « peut-on se passer de gardien au football? », la réponse est un grand non. Les vénérables inventeurs de ce magnifique sport avaient vu juste en créant le poste. Et l’expérience de Pierre, qui s’est passé de portier depuis la 6e journée avec l’éviction de Cardinale, le confirme. 39 buts MPG concédés, c’est un poil trop. A la question « pourquoi n’a-t-il pas acheté un autre gardien en cours de route ? ». La réponse doit se situer quelque part entre « il ne savait pas » et « ben, euh, en fait… »

Signe particulier : n’a utilisé qu’un seul de ses jokers. Au-dessus du game.

Vidéo – comment tout a commencé

>> « Je me suis même fait piquer Mangani ! »… On a assisté aux enchères MPG de l’After, et c’était un massacre

http://rmcsport.bfmtv.com/football/ligue-mpg-de-l-after-c-est-fini-et-ils-nous-ont-vraiment-tout-fait-1363651.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password