Le moment était mal choisi. A la veille de la compétition par équipe des championnats du monde juniors, à Zagreb la semaine dernière, des jeunes judokas de l’équipe de France ont fait la fête dans une chambre. Le DTN, Jean-Claude Senaud, a décidé de sévir. Sept représentants des Bleus sont suspendus, parmi lesquels Romane Dicko, 18 ans. La nouvelle pépite du judo français est privée de compétition pour un mois; la championne de France 2016 et championne d’Europe juniors 2017 (+78 kilos) ne sera donc pas présente aux Mondiaux toutes catégories, les 11 et 12 novembre à Marrakech (Maroc).

Au micro de RMC Sport, Jean-Claude Senaud est revenu sur cet épisode, sur la sanction et sur ses conséquences, notamment pour Romane Dicko.

A lire aussi >> Mondiaux de judo: la France médaillée de bronze par équipes

Pourquoi avoir décidé de sanctionner ces jeunes judokas?

Le dimanche matin, vers 11 heures, j’ai eu connaissance d’une vidéo sur Instagram, montrant 7-8 jeunes en train de faire la fête: chanter, danser, sauter sur les sommiers et s’enrouler de papier hygiénique autour du corps pour faire la momie. Les images n’étaient pas graves car c’était simplement une fête de jeunes. Mais ce qui m’a ennuyé, c’est qu’elle ont été faites la veille du championnat du monde par équipes. L’image de l’équipe de France juniors n’était pas conforme à ce qui devait se passer par rapport à des jeunes qui avaient une compétition le lendemain. Ce que j’ai appris par la suite, c’est qu’ils s’étaient réunis pour se motiver pour le lendemain, décider d’un cri de guerre – ce qui est très bien -. Et après, ils ont mis la musique, commencé à danser. Mais la veille, on ne fête pas une victoire avant de l’avoir gagnée.

C’est un peu une sanction exemplaire, donc?

C’est une sanction formatrice. La sanction n’est pas très grave. Le judo a été créé comme un système éducatif avant d’être un sport. On a un code moral, on a des valeurs, donc on doit les respecter. Quand on porte le coq sur sa poitrine, on doit respecter certains codes, quand ils vont représenter la France et notre Fédération sur des grands championnats. Et chez les juniors, les Mondiaux sont la compétition la plus importante. Ce n’est pas une bonne image qu’ils renvoient à tous ces jeunes qui vont dans les clubs, qui ont 7-8 ans et qui paient leur licence. La fête, il faut la faire après la compétition, quand on a la médaille.

Parmi ces jeunes sanctionnés, il y a donc Romane Dicko, la nouvelle pépite du judo français. Cette sanction la prive de Mondiaux. C’est peut-être une chance de médaille dont on se prive?

Romane est à un âge où elle est junior première année. Elle rentre dans la cour des grands. C’est elle qui filmait, qui a envoyé la vidéo sur Instagram. Je lui ai dit « Pour vivre heureux, vivons cachés ». Cette nouvelle génération qui arrive maintenant, dès qu’ils font quelque chose, il faut que tout le monde le sache. Non ce n’est pas la peine. Romane, étant championne d’Europe, était en quelque sorte une valeur d’exemple pour tous les autres, même si elle était jeune. Je lui ai demandé si, quand elle est partie avec l’équipe de France senior, elle avait vu Clarisse Agbegnegnou ou Teddy Riner sauter sur des matelas la veille de la compétition. Elle m’a dit non. C’est formateur. Elle rentre dans le grand bain. Elle reste encore avec l’esprit d’une cadette. La sanction n’est pas très grande, c’est un mois de suspension.

Elle a compris cette sanction? Comment a-t-elle réagi ?

Elle avait déjà compris le dimanche soir. Les jeunes ne pensent jamais, quand ils envoient des images partout comme ça, que ça a un tel retentissement. C’est un non-respect pour les entraîneurs qui ne savaient pas ça, sur place. Ils l’ont appris parce que je leur ai envoyé la vidéo. Romane s’est excusée tout de suite. Ils ont été trois ou quatre à le faire. Ils ne se rendent pas compte des fois de l’importance de ces réseaux sociaux. Ils sont dans un monde où ils transmettent tout ce qu’ils font. On ne peut pas faire ça.

Ça fait mal au coeur d’infliger une sanction comme celle-ci à une fille avec un tel potentiel?

Oui, moi ça me fait mal au coeur. On n’aime pas sanctionner. Mais il faut le faire pour former les gens. Tous les grands ont été sanctionnés à un moment parce qu’ils avaient fait une bêtise. Et après, ils montrent l’exemple aux autres. Elle saura faire attention la prochaine fois. Ça n’enlève pas ses qualités. Ça sera, à mon avis, une belle pépite, une belle championne. Maintenant, elle est regardée par beaucoup de personnes. Et elle doit être un exemple. Et l’exemplarité, ce n’est pas de sauter sur un sommier à latte à la veille d’une compétition. Surtout pendant un championnat du monde.

http://rmcsport.bfmtv.com/judo/judo-le-dtn-recarde-les-jeunes-judokas-francais-apres-leur-fete-1288833.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password