La rumeur l’évoque à l’entraînement, déterminé à tenter de reposer ses griffes sur le Masters. Mais le monde du golf se veut plus réaliste. Si Tiger Woods débarque la semaine prochaine à Augusta, cadre du premier Majeur de l’année, ce sera plutôt pour… le dîner des champions. Incapable de gagner un tournoi Majeur depuis 2008, privé de titre sur le circuit PGA depuis 2013, désormais classé au 472e rang mondial (!), l’Américain vit une période sombre. Très sombre. A 40 ans, et après trois opérations au dos en 19 mois, l’homme aux 14 victoires dans des Majeurs – toujours à quatre unités du record de Jack Nickaus – n’est plus que l’ombre de l’incroyable champion qu’il était. Minuscule, l’ombre. Une descente aux enfers sportive couplée à une déchéance personnelle.

Un article très complet de Sports Illustrated revient cette semaine sur ce qui a fait descendre Tiger si bas. Et ce que l’on y apprend fait froid dans le dos pour un homme qui a connu une telle gloire. Alors, que fabrique l’ami Woods ces temps-ci ? Il est seul. Extrêmement seul. Retranché dans sa villa à 60 millions de dollars à Jupiter Island, en Floride, demeure qu’il a imaginée avec son ex-femme Elin Nordegren mais qu’il habite seul depuis leur divorce en 2010, le golfeur US « passe ses journées à jouer aux jeux vidéo » en totale isolation. « On se fait du souci pour lui, confie Stuart Appleby, joueur australien du PGA Tour. Il lui reste plusieurs décennies à vivre et il va devoir trouver un moyen de rebooter sa vie. On espère que son éloignement du circuit lui permettra de trouver la paix. »

« Tout le monde pense que je suis mort… »

Aperçu lors de matches de football (notre bon vieux soccer) de sa fille Sam, 8 ans, et de son fils Charlie, 7 ans, celui qui a vécu une relation avec la skieuse Lindsey Vonn de mars 2013 à mai 2015 a également été vu à quelques reprises dans son nouveau restaurant, The Woods Jupiter. Début mars, il a également donné une conférence de presse au sujet d’un parcours dont il va s’occuper du design près de Houston (Texas). A part ça, l’homme qui n’a plus pris le départ d’un tournoi PGA depuis août dernier a disparu des yeux du public. En février, à Palm Beach Gardens (Floride), les invités d’un dîner organisé chez Jack Nicklaus pour réunir des potentiels sélectionnables à la prochaine Ryder Cup ont pourtant eu la surprise de le voir débarquer. « Je lui ai parlé une seconde pour lui dire : ‘‘Wow, t’es debout !’’, se souvient le golfeur américain Jimmy Walker. Il m’a répondu : ‘‘Je sais, tout le monde pense que je suis mort…’’ »

Des paroles qui rappellent celles que Woods avait prononcées en décembre, aux Bahamas, à l’occasion de son tournoi, le Hero World Challenge : « Je ne peux rien imaginer pour la suite, je n’ai pas d’objectif vers lequel construire quelque chose. Je prends la vie au jour le jour. Où se trouve la lumière au bout du tunnel ? Je ne sais pas. » « Entendre ça nous inquiète, avoue l’Américain Steve Stricker, un de ses proches sur le circuit. Je n’aurais jamais cru que de tels mots puissent sortir de sa bouche. Il paraissait presque content de ne plus avoir à jouer. » Pour mémoire, Nicklaus avait remporté son dernier Majeur à 46 ans. Tiger peut encore garder espoir. Même si son présent et son futur ne semblent plus vouloir se conjuguer avec son brillant passé.

http://rmcsport.bfmtv.com/golf/jeux-video-et-solitude-la-decheance-de-tiger-woods-963194.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password