Pourquoi la Goal Line n’a pas fonctionné à Troyes?

Une défaillance technologique

« Il y sept caméras qui suivent le ballon, explique Didier Quillot, président de la LFP, après sa réunion avec GoalControl. L’intensité de la luminosité d’une LED derrière le but et la fréquence de cette LED ont altéré le fonctionnement de la caméra, qui a perdu le ballon. L’algorithme n’a donc pas pu dessiner la trajectoire complète du ballon. »

>> Troyes-Amiens: encore un énorme imbroglio avec la goal-line technology

Et une défaillance humaine

« L’opérateur dans son van a mis plusieurs minutes pour effectuer le contrôle d’une part, et d’autre part pour informer le délégué. Quand la montre vibre, l’arbitre peut aller parler avec le délégué, qui est en lien direct avec l’opérateur de contrôle, et s’il y a eu une défaillance de la technologie, cet opérateur peut lui-même actionner des caméras pour vérifier et avoir sa décision à lui. Il la communique au délégué, qui la communique à l’arbitre. Ce chemin-là doit prendre vingt à trente secondes et a pris à Troyes sept à huit minutes. »

>> Ligue 1: les nombreux bugs de la Goal line technology

Quelles mesures vont être prises?

Un contrôle généralisé

« Nous avons demandé à GoalControl de vérifier, avec les services de la Ligue, tous les paramètres liés aux LED pour que les problèmes de luminosité trop importantes soient réglés. Un contrôle de la fréquence de la luminosité de chacune des LED va être effectué dans tous les stades. »

Deux opérateurs

« Deuxièmement, on a demandé qu’il y ait deux opérateurs de contrôle et non plus un seul, et qu’ils parlent français. »

Une Goal Line Technology nouvelle génération

« Troisième point, on a demandé à GoalControl de mettre en place la Goal Line Technology deuxième génération, un algorithme plus puissant qui permet d’avoir beaucoup plus de points sur la balle, ce qui permet de nettoyer ce que j’appellerai les parasites que sont la lumière des LED ou les drapeaux qu’il y a dans le public. Ce système sera testé au mois de janvier. On a demandé à la Fifa, à qui on a rendu compte de cette réunion, d’effectuer ce test qui sera ensuite immédiatement mis en place. »

Une vraie menace de résiliation

« Dernier point, on a expliqué à GoalControl que s’il n’y avait pas d’amélioration significative de la Goal Line à la fin de l’année, nous serons amenés à résilier le contrat. La décision n’a pas été prise ce jour mais la menace de cette résiliation a été clairement exprimée aux équipes de GoalControl. (…) La technologie est là pour aider les arbitres et il faut que ce soit infaillible. »

Le contrat avec GoalControl peut-il être résilié avant la fin de la saison en cas de nouveaux problèmes ?

« On a vraiment identifié ce qu’il s’est passé. Le problème scientifique qui a fait vibrer la montre de l’arbitre à tort, et la défaillance humaine qui a mis beaucoup de temps pour répondre. GoalControl n’a plus le droit à l’erreur mais je rappellerai que sur la deuxième partie de saison, comme c’était déjà le cas, et comme François Letexier l’a remarquablement fait à Troyes cette semaine, peuvent décider en accord avec le délégué de la Ligue de ne pas utiliser la Goal Line. Ce qui s’est passé à Troyes en deuxième mi-temps (la désactivation de la Goal Line, ndlr) peut se reproduire, le protocole le permet. »

>> Ligue 1: les failles de la goal-line technology expliquées par une ancienne opératrice

http://rmcsport.bfmtv.com/football/goal-line-technology-ce-qui-va-changer-apres-l-incident-a-troyes-1331368.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password