La menace pèse sur le match entre Dijon et Troyes, qui aura lieu ce samedi (20h). Le 7 novembre, le journal régional Le Bien Public a reçu un mail du CDPPF (Commando de défense du peuple et de la patrie française), un groupe d’extrême droite qui veut « contrer l’islamisation » et menace de perpétrer des violences lors de ce match. Ce groupe réclame la libération et l’abandon des poursuites à l’encontre de huit personnes arrêtées récemment. Des menaces prises au sérieux par la police. La rencontre se prépare toutefois dans un climat vigilant mais serein.

A lire aussi >> Ligue 1: un groupe d’extrême droite menace le match Dijon-Troyes

Le club de Dijon est plutôt agacé par cet événement. Côté sportif, Olivier Dall’Oglio affirme que cela n’affecte pas la préparation, au contraire des retours tardifs des internationaux. Le DFCO assure qu’il fait déjà le maximum dans le cadre du plan Vigipirate, avec filtrages et fouilles, et ne veut pas céder à la panique.

Le président de Dijon demande de ne pas « psychoter »

« Inquiet? Pas plus que ça, maintenant on prend les choses au sérieux, explique Olivier Delcourt, le président dijonnais. On a pris les dispositions spécifiques du côté du club. Après les enquêtes c’est au niveau des autorités compétentes, qui mènent leurs enquêtes et qui vont aussi renforcer les moyens pour que tout se passe sans encombre. Il ne faut pas non plus « psychoter ». Mais il ne faut pas non plus prendre les choses à la légère, parce qu’on est dans une période aujourd’hui où tout peut arriver, n’importe où. On prend les choses au sérieux mais on ne dramatise pas non plus la situation. ».

Le dispositif de sécurité mis en place par le DFCO sera un peu plus fourni que d’habitude en ce qui concerne les vigiles, même si le club « est déjà au taquet ». La Préfecture de Côte d’Or, contactée, a seulement voulu communiquer que: « les mesures de sécurisation adaptées seront prises, avec notamment une surveillance policière renforcée. L’affaire en question fait par ailleurs l’objet d’une enquête judiciaire. »

Une petite affluence attendue

10 500 personnes, au mieux, sont attendues au stade pour ce match. La billetterie a du mal à décoller, en répercussion de cette menace, selon des membres du DFCO. Les Lingon’s Boys, principal groupe de supporters, a refusé de s’exprimer car il « ne souhaite pas donner de visibilité et d’importance à un groupuscule violent et haineux. »

« Il faut venir au stade, demande pourtant François Rebsamen, le maire de la ville bourguignonne. Je parle des supporters dijonnais pour soutenir leur équipe et je suis sûr qu’ils viendront nombreux. Je pense que les précautions sont prises, la préfecture est informée. Je voudrais rassurer tout le monde, il n’y a pas de risques particuliers. Et donc c’est la bonne occasion, dans un match très important, de venir supporter l’équipe de Dijon. Il faut toujours être vigilant. Mais nous on dit, place au football, place à un beau match et vive le DFCO! ».

VIDEO: Le Vestiaire – Ce coach de Dijon qui avait sorti un couteau pour motiver ses joueurs avant de défier le PSG

http://rmcsport.bfmtv.com/football/dijon-troyes-malgre-la-menace-le-dfco-ne-cede-pas-a-la-panique-1305843.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password