La Rochelle est entrée de plain-pied dans l’histoire de la Coupe d’Europe. Les joueurs de Patrice Collazo ont décroché un précieux succès, ô combien mérité, sur la pelouse du Stoop stadium pour leur baptême du feu en Champions Cup. Face à une formation des Harlequins, quart-finaliste à plusieurs reprises (1997, 1998, 2009 et 2013), et bâtie autour d’internationaux expérimentés (Mike Brown, Joe Marler, Danny Care, Chris Robshaw et Jamie Roberts), La Rochelle a développé son jeu, sans trembler.

Explosivité en attaque, solidarité en défense

Les Maritimes ont mis du rythme, de la profondeur dans chacune de leurs offensives, et enchaîné les temps de jeu dans la partie de terrain adverse en première période. Tous les joueurs se sont évertués à jouer debout, toujours disponibles. A ne pas se consommer dans les rucks. Ou si peu. Doumayrou, insaisissable, s’est distingué par de nombreux franchissements (3), et un doublé (25e, 45e) venu récompenser son activité.

>> VIDEO. A la découverte du rugby en Sibérie, en marge de l’exploit de Krasny Yar face au Stade Français

Il a été désigné homme du match. Dans le dur au retour des vestiaires, les Rochelais ont subi la réaction des Harlequins. Acculés en défense, ils ont défendu avec énergie et beaucoup d’intelligence, notamment après le carton jaune de Gourdon (55e). Sans jamais faillir. Ils ont ainsi gagné un temps précieux dans l’optique de la victoire et obligé les Harlequins à assurer le bonus défensif (80e). Les Rochelais ont eux réalisé un carton plein avec ce premier bonus offensif, qui plus est acquis à l’extérieur.

Montpellier sur courant alternatif

La puissance montpelliéraine, en revanche, n’a pas résisté aux Irlandais du Leinster. Les hommes de Vern Cotter ont fait preuve de largesse dans le secteur défensif, un élément déjà pointé du doigt à Bordeaux (17-47) et face au Stade Français (20-31). Ce manque de rigueur défensive a surtout pénalisé les joueurs de Montpellier en première période, et permis aux Irlandais d’inscrire deux essais en moins de dix minutes par Carbery (18e) et Van Der Flier (26e).

>> Challenge Cup: « On a été ridicule », lâche l’entraîneur du Stade Français, battu par Krasny Yar

Nagusa, deux terribles erreurs

Nemani Nadolo, à deux reprises (38e et 62e), aura permis à son équipe de croire en l’exploit, malgré tout. Mais Timoci Nagusa, en se trouant défensivement sur l’essai de Daly (67e), a saboté le travail de ses coéquipiers. Surtout, alors que son équipe était dans le coup, il a très mal négocié un deux contre un en fin de match.

Michel attendait ainsi d’être servi pour l’essai en bout de ligne, mais Nagusa a finalement choisi d’aller au contact. Terrible. Sur courant alternatif, le MHR aurait pu revenir à hauteur avec la transformation. Au lieu de cela, il repart avec le point de bonus défensif (24-17). Et la frustration d’être passé à côté d’un énorme coup.

VIDEO. Quand Denis Charvet compare Romain Ntamack à… Kylian Mbappé

http://rmcsport.bfmtv.com/rugby/champions-cup-montpellier-n-a-pas-repondu-au-defi-irlandais-du-leinster-1277985.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password