De retour en Pro A après 14 saisons en NBA, l’international français Boris Diaw a fait ses débuts avec les Levallois Metropolitans samedi. L’ancien joueur des Spurs et du Jazz était l’invité de l’émission Basket Time sur RMC lundi soir, l’occasion d’évoquer divers sujets, notamment son départ de la NBA, son avenir en bleu et les conditions de son arrivée à Levallois.

A lire aussi >> NBA: le All-Star Game fait sa révolution, adieu l’Ouest contre l’Est

Son départ de la NBA

« Je n’ai pas reçu de proposition du tout cet été. Après le 15 juillet, j’étais à l’écoute. Différentes équipes étaient intéressées mais il n’y a jamais eu de proposition »

L’éventualité d’un retour en NBA

« Si on me propose un contrat jusqu’à la fin de la saison, je crois que je retournerai en NBA. Je n’ai aucune prétention financière, le « SMIC NBA » me va pas mal (rires). Mais je ne me ferme aucune porte. Si un club européen me fait une proposition, je l’étudierai. »

Son premier match avec Levallois

« Physiquement, je me sentais bien. Il faut que je m’adapte petit à petit et que je me fonde dans le collectif. Le rythme de la Pro A est assez soutenu mais je n’ai pas vu de grande différence. »

Les coulisses de son arrivée 

« Il y a eu une petite approche de Strasbourg. Pau faisait aussi partie des possibilités car j’y ai joué trois ans et que ce n’est pas loin de Bordeaux, où j’ai grandi. Le choix de Levallois s’est fait car je suis proche de l’entraîneur, que je voulais rejoindre Fred Fauthoux. Ça a joué. Le fait de venir à Paris à ce moment-là de ma vie était également intéressant. »

Son avenir

« J’ai beaucoup de mal à me projeter. Je ne sais pas encore combien de saisons je vais jouer. C’est comme pour l’équipe de France, tant que je n’ai pas pris ma retraite… Sélectionneur ? Ce n’est pas quelque chose qui pourrait me tenter. Il y a beaucoup de sacrifices pendant une carrière de joueur. Quand je prendrai ma retraite, j’aimerais être assez libre, voyager… Entraîneur ou sélectionneur, c’est à plein temps. »

L’échec à l’Euro

« Un excès d’individualisme ? Oui, on a pris acte de ça. On n’a pas suffisamment joué en équipe offensivement et défensivement. »

La difficulté de jouer sans Parker

« Deux ans avant l’Euro, Tony Parker n’était pas au Mondial en Espagne et ça ne nous a pas empêché de bien jouer ensemble. »

http://rmcsport.bfmtv.com/basket/boris-diaw-si-on-me-propose-un-contrat-jusqu-a-la-fin-de-la-saison-je-crois-que-je-retourneraien-nba-1274273.html

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password